Fidjy juillet 1998

 

        Fidjy 2001

 

 

 

 

 

                                                              

                                  A toi Fidjy.

Je veux te dire combien je t'aimais.

Tu as toujours été près de moi et même trés près, dès que je trouvais le temps de m'asseoir dans un fauteuil, il fallait que tu viennes derrière moi et nous passions des heures ensembles.

Quand je jardinais, tu venais me voir en me donnant un grand coup de lèche et tu te couchais à mes cotés. Lorsque la nuit, je ne dormais pas, je passais ma main sur ton bedoux (ton ventre), tu adorais cela.

Tu passais de longues heures à me regarder voir à m' admirer, à quoi pensais-tu ?

A l'arrivée de nos petits enfants, tu as toujours été douce, jamais un mouvement brusque, et quand tu en avais assez, tu préférais t'éloigner.

Suite à ta maladie (le diabète), tu as perdu la vue et nous sommes devenues tes yeux, nous te faisions ta piqûres d'insuline tous les jours, lors de tes crises d'hypoglycémies nous te réconfortions en attendant que la crise se passe.

Quand j'ai cessé mon activité, ce que je souhaitais vivement afin de t'accompagner dans tes dernières années de vie, c'est toi qui m'as tenu compagnie.

Tu étais toujours à mes cotés, un peu moins ces derniers mois ou tu commençais à beaucoup fatiguer. 

Tu t'es endormie le 18 octobre 2005.

Maintenant dors tranquille  au paradis des chiens.

Jamais nous ne t'oublierons et tu resteras toujours dans nos coeurs.

Fidjy le 15 octobre 2005